Circuit des Ecuyers

Présentation

Circuit des Ecuyers

Ouvert en septembre 2007, le circuit est configurable en plusieurs pistes. Il propose dans sa version longue un beau ruban d’asphalte de 3500 mètres de long, sur une largeur allant de 10 à 12 mètres, le tout en plein coeur d’un coin de verdure de 55 hectares de la Ferme de Fari.

Arrivé sur le site, l’entrée en direction du paddock nous offre une belle vue... Oui : l’un des attraits du circuit est son relief. Depuis les stands, on peut voir quasiment l’intégralité du circuit, chose suffisamment rare pour être signalée ! L’infrastructure des stands est en évolution régulière, aujourd’hui un beau bâtiment avec garages, salles de briefing et de repas ainsi que les indispensables commodités. Le paddock est large et goudronné, et seuls les virages les plus bas dans le relief ne sont pas visibles depuis le muret des stands. Les photographes peuvent aussi se rendre sur la butte de terre qui isole visuellement le circuit de la route : c’est un bon spot.

Petit point négatif parce qu’il en faut bien un, le ravitaillement en essence se fait au plus proche à château Thierry ou Fère en Tardenois, soit à 12 km du circuit. C’est un peu loin donc autant arriver avec le plein ou aller rajouter du précieux liquide pendant la pause déjeuner sans quoi vous allez rater quelques moments précieux de roulage...

On peut dire que ce circuit est vraiment un bon choix pour y rouler en MX5 ou autre voiture sportive ne débordant pas forcément de chevaux, que ce soit pour débuter ou pour s’affûter. En effet les dégagements en herbe sont larges et il n’y a pas d’endroit véritablement dangereux, et la diversité de courbes, le relief et les enchainements techniques font qu’on ne pourra pas être déçu d’une journée passée aux Ecuyers. De plus, point non négligeable, le circuit n’est pas trop agressif pour nos autos, que ce soit les pneus ou les freins, les voitures n’en rentrent pas trop éprouvées après une journée passée à limer le bitume.

Le tour du circuit

Circuit des Ecuyers

Et sur la piste, à quoi ça ressemble ? Allez on part pour un tour en YaCCoMoBiLe...

La sortie des stands se fait en montée pour prendre la piste sur la partie gauche en bout de ligne droite. Sur un tour lancé on arrive en 4ème autour de 155-160 km/h pour aborder le virage 1 « le Droit de la Ferme ». On peut freiner assez tard en repassant la 3, sans rentre trop tôt à la corde.

A la sortie, on est à l’extérieur de la petite ligne droite qui descend vers le virage 2 « le Double » droite, qui arrive vite. Hé oui, en descente, ça ré-accélère bien une mk1 poussive ! On se retrouve de nouveau à plus de 150 km/h pour faire un freinage en dévers dans un léger droit, puis on va chercher un gros coup de frein bien à gauche pour plonger à la corde du second morceau qui nous emmène sur la remontée vers le pif paf. Autant quitter la 2 avant d’avaler le pif paf, on ne pourra de toute façon pas la garder jusqu’en haut pour le premier gauche « des Associés » qui se passe bien : petit morceau droit qui revient à l’opposé de la ligne droite. On saute alors sur les freins juste après avoir vu Mike et ses drapeaux sur la droite. Le deuxième « Associés », encore à gauche, nous entraine légèrement vers l’extérieur de la descente qui déroule avant un beau freinage en appui pour le virage n°5.

C’est un des points bas du circuit, avec de la place pour tenter une sortie acrobatique avant de remonter vers la parabolique. Celle-ci est assez délicate à prendre de manière efficace : si on rentre trop tôt on se traine à l’intérieur, si on va chercher l’extérieur avant de replonger vers la fin du virage, on risque de ne jamais choper la corde. Heureusement, comme sur tout le reste du circuit d’ailleurs, les cônes oranges nous aident pour les points de cordes !

Sur le sec, en sortant bien de la parabolique on arrive à passer assez vite le virage n°7 « le Bois de Chot », un droit rapide et en dévers... Sur une piste humide ça n’est pas la même histoire, car le milieu du virage est certainement le dernier endroit à sécher, et le moins qu’on puisse dire c’est que le bas coté à l’extérieur de la piste ne semble pas accueillant : l’herbe est en pente et un gros bac de rétention d’eau nous tend les bras là bas au loin… Troisième gros freinage ensuite pour le droite en seconde qui nous fait remonter vers l’enchainement « des chicanes », c’est l’endroit où nos MiMiX sont très à l’aise, ça passe assez vite et c’est un véritable bonheur de léchouiller les vibreurs à chaque corde. On arrive ainsi rapidement sur le gauche à 90° qui surplombe la petite descente face aux stands, si on ajoute beaucoup de place au léger dévers, ça incite clairement à glisser. Au pire le bac à sable nous attend à l’extérieur.

On arrive alors dans le virage n°9 « le gauche sans fin » qui porte plutôt bien son nom : il faut résister à la tentation d’y rentrer trop tôt ou trop fort (on reste en 3), ce n’est pas facile d’autant que ce passage conditionne en partie l’approche de l’épingle du « Bois des Ecuyers ». Un gros freinage sur une épingle assez lente en seconde dont on ressort une nouvelle fois en montée, pied au plancher pour avaler les S au ras des vibreurs. Puis après avoir surveillé l’accès aux stands sur la gauche, on passe le dernier virage qui nous fait reprendre la ligne droite des stands dans sa partie basse.

Voilà le tour est bouclé, en MiMiX on peut chercher à descendre sous les 2'10'' au tour, en S2000 ou Speedy 2'05'' est un joli temps, les Caterham plus légères ou les autres jouets plus puissants pourront chercher la barre des 2'00''.

Accès - Infos

Ce circuit est situé à 105 km l’Est de Paris, soit moins d’une heure de la porte de Bercy, à 65 km de Reims ou encore 650 de Thonon. La ville la plus proche où chercher à séjourner est Château-Thierry, le choix en hôtels, restaurants, chambre d’hôtes et station service est bien fourni.